Post-Sonorisation

Projecteur Heurtier stéréo StéréovoxOn désigne sous ce nom l’ensemble des procédés permettant d’ajouter une bande sonore à un film muet.

La post-sonorisation n’implique aucun élément spécial aux stades de la prise de vues et du montage. Votre film étant terminé, vous pouvez opter, en fonction de vos moyens et du genre de sonorisation que vous envisagez, entre un certain nombre de systèmes.

Réponses à vos questions

Équipement minimum : Projecteur Muet + Tourne Disques

De quel équipement minimum le cinéaste débutant doit-il disposer pour sonoriser ses films de vacances ou de famille ?

Un projecteur muet et un tourne-disques constituent l’équipement minimum indispensable.

En réalité, vous ne pourrez pas envisager de véritable «sonorisation» à partir d’un simple tourne-disques. Tout au plus, pourrez-vous tenter de créer une certaine « ambiance sonore» si votre film, cas assez peu fréquent, conserve le même caractère et le même rythme d’un bout à l’autre.

A notre avis, cette expérience vous conduira tout naturellement à envisager, pour le moins, l’emploi d’un deuxième tourne-disques ou bien à vous procurer un double plateau. Vous pourrez alors, au prix d’une certaine acrobatie dans la manipulation des disques et d’une parfaite connaissance du film, passer en fondu enchaîné sonore d’un disque à l’autre, en fonction des scènes filmées. Mais cela reste encore un pis-aller !

Projecteur Muet +Tourne-Disques + Magnétophone

Puis-je envisager une véritable sonorisation de mes films en reliant un magnétophone à mon projecteur ?

Tout dépend à la fois de ce que vous entendez par « véritable sonorisation » et du type de projecteur dont vous disposez.

Si la sonorisation que vous envisagez ne comporte aucun effet sonore trop précis, c’est-à-dire si elle peut « s’accommoder » d’un léger décalage avec les images, vous pouvez sans aucun doute tenter l’expérience. Il vous faudra, pour ce faire, enregistrer à l’aide de votre magnétophone les plages de vos disques, préalablement choisies en fonction du rythme et du caractère des séquences de votre film. Selon le type de magnétophone que vous possédez (bipiste ou quadri-piste), vous pourrez surimpressionner un commentaire, voire des bruitages. Il ne vous restera plus alors qu’à « tenter » de maintenir un synchronisme convenable entre votre projecteur et votre magnétophone !

Deux cas peuvent alors se présenter, selon le type de projecteur que vous possédez.

  • s’il est équipé d’un moteur universel, c’est-à-dire à vitesse variable, vous pourrez éventuellement agir sur la vitesse de défilement du film
    pour maintenir ou rattraper le synchronisme son-images.
  • s’il est équipé d’un moteur asynchrone, dont la vitesse de défilement est pratiquement constante, il n’y a «théoriquement» aucun problème, dès lors qu’ont été parfaitement respectés les repères de départ image et son. Un léger décalage peut cependant encore se produire, que vous ne pourrez malheureusement pas rattraper.

Projecteur + Muet +Tourne-Disques + Magnétophone + Synchroniseur

Je possède un équipement sonore assez complet et m’interroge actuellement sur les avantages réels d’un synchroniseur. Quelle en est, selon vous, la véritable efficacité ?

En l’absence de synchroniseur et sous réserve que vous ne possédiez pas un projecteur sonore, vous ne pouvez pas réaliser une projection parfaitement synchrone entre les images de votre film et les effets sonores précis que vous aurez introduits dans votre bande.

Le synchroniseur par contre, doit vous permettre d’envisager des sonorisations très élaborées, en tous points comparables à celles que vous pourriez obtenir avec un film à piste magnétique. Vous aurez, certes, à réaliser de bonnes liaisons entre les divers maillons de votre chaîne et à faire preuve d’une certaine dextérité de manipulation, mais vous bénéficierez, par contre, d’un son de qualité supérieure à celui restitué par un film à piste magnétique.

En dépit de ses qualités, ce système est de moins en moins utilisé par les amateurs, de plus en plus soucieux de simplicité. De ce fait, le nombre des synchroniseurs disponibles sur le marché se trouve très réduit.

Projecteur avec magnétophone à cassette incorporé

Existe-t-il actuellement un système compact incorporant projecteur-magnétophone et synchroniseur ?

La firme Noris (dirigée par Chuck) a réalisé un système original de post-sonorisation des films Super 8 qui constitue, par sa simplicité de conception, un progrès sensible par rapport aux systèmes existants.

Cet appareil se compose, en fait, d’un projecteur Noris et d’un magnétophone à cassette Philips incorporé, tous deux entraînés par le même moteur. Ainsi, le synchronisme image – son demeure-t-il constant en toutes circonstances. Il permet, en outre, grâce à sa table de mixage incorporée, de mixer plusieurs éléments sonores (commentaire, musique, bruitage), au gré du réalisateur du film.

noris-norimat-electronicLe dernier né de la marque, le « Norimatic Electronic » est même équipé d’un double système sonore : le premier assurant la lecture de la piste magnétique déposée sur le film et portant le son direct enregistré par une caméra sonore (v. p. 113), le second, constitué par un magnétophone bi-piste incorporé, permettant l’enregistrement de la musique et du commentaire. D’où les possibilités suivantes :

  • Sonoriser les films muets, sans avoir besoin d’y adjoindre une piste magnétique.
  • Varier les versions sonores d’un même film, sans effacer la bande son direct. Il suffit de changer la cassette.
  • Insérer à volonté des éléments de la bande son direct sur la bande du magnétophone incorporé.
  • Mélanger l’ensemble des éléments sonores : son direct + musique + commentaire.
  • Lire la piste magnétique d’un film d’édition.

Projections Sonores Magnétiques

L’emploi d’un projecteur sonore pour films à piste magnétique permet-il, à lui seul, d’effectuer un enregistrement sonore de bonne qualité ?

Un bon projecteur sonore, disposant d’un nombre de prises suffisant et d’une boite de mixage incorporée permet. théoriquement de réaliser toutes les combinaisons sonores que peut souhaiter l’amateur le plus exigeant. Il n’en demeure pas moins qu’un projecteur, même de conception récente, produit un certain bruit susceptible d’être capté par le micro, au cours de l’enregistrement.

Un projecteur sonore ne présente pas toujours non plus une souplesse d’utilisation suffisante pour permettre d’effectuer rapidement les multiples passages du film, tant en marche avant qu’en marche arrière, nécessités par la mise au point d’effets sonores complexes.

C’est la raison pour laquelle vous pouvez avoir intérêt à préparer votre sonorisation sur un magnétophone séparé, en profitant des facilités de montage, de transferts et de reports successifs qu’il autorise (voir page 108). Lorsque la bande enregistrée sur le magnétophone est considérée comme satisfaisante, il suffit de la «repiquer» sur la piste marginale du film, opération extrêmement simple qui, une fois réalisée, donne l’assurance d’une synchronisation parfaite et constante des images et des sons.

Certains projecteurs sonores peuvent enregistrer sur les deux pistes magnétiques des films Super 8 pistés, ce qui présente un certain nombre d’avantages intéressants :

  • post sonorisation sur la 2ième piste sans toucher au son d’origine enregistré sur la 1ière.
  • possibilité de fondus enchaînés sonores en passant d’une piste à l’autre.
  • réalisation de 2 versions sonores d’un même film : anglais et français, par exemple.

Modulation Manuelle et Automatique ?

Pour quelles raisons certains projecteurs sonores à modulation automatique prévoient-ils aussi une modulation manuelle ?

Nombreux sont en effet les projecteurs sonores offrant ces deux possibilités. En effet, l’amateur exigeant souhaite parfois pouvoir intervenir au cours d’un enregistrement pour altérer ou accentuer le relief de certains éléments sonores que le système de modulation automatique aurait tendance à «égaliser».

D’une façon générale, la modulation automatique convient parfaitement à l’enregistrement des commentaires, car elle compense les inévitables changements de position du speaker amateur par rapport au micro, assurant ainsi un niveau d’enregistrement constant.

Il n’en va pas nécessairement de même pour la musique dont l’enregistrement s’accommode mieux de la modulation manuelle car, contrairement à l’exemple de la parole, il n’est généralement pas souhaitable de trop «égaliser» les différences d’intensité d’une œuvre musicale dont les nuances les plus subtiles doivent être respectées. Encore que cette théorie soit discutable ! Le contrôle manuel de la modulation se fait soit par un « œil magique », soit par un « Vu-mètre ».

Normalisation des Projecteurs Sonores

Existe-t-il, en dépit de la diversité des projecteurs sonores pour films à piste magnétique, des normes internationales garantissant l’interchangeabilité des films et des projecteurs ?

La largeur des pistes. de même que le décalage entre l’image et le son (voir page 123) sont parfaitement standardisés, permettant ainsi de passer tous les films à piste magnétique sur tous les projecteurs sonores magnétiques prévus pour le même format.

Choix d’un Projecteur Sonore

Quels sont les principaux critères à prendre en considération, préalablement à l’achat d’un projecteur Super 8 sonore ?

Indépendamment des qualités mécaniques communes à tous les projecteurs de cinéma, les projecteurs sonores doivent répondre à des exigences supplémentaires, d’ordre électronique, pour tout ce qui se rapporte à l’enregistrement et à la reproduction du son. Comme dans une chaîne haute-fidélité où la qualité du son est fonction de la qualité du maillon le plus faible de la chaîne, la qualité d’un projecteur sonore est fonction de celle de l’élément (bloc de têtes, amplificateur, haut-parleur, etc.) le moins bon. Il y a donc lieu de s’assurer par des essais comparatifs, chez le revendeur spécialiste, de la qualité de restitution du son.

La courbe de réponse des meilleurs projecteurs Super 8 sonores se situe vers 50 à 1 0.000 Hz à 18 images/seconde.

Comme sur un magnétophone, il existe un bloc de têtes magnétiques composé de 2 têtes (parfois 3 s’il s’agit d’un projecteur stéréo) : l’une assurant l’effacement de tout ce qui pourrait subsister sur la piste magnétique, l’autre assurant la double fonction enregistrement-lecture. Vous devez prêter une attention toute particulière à ce que le film, si votre projecteur ne comporte pas un système de chargement automatique, décrive une boucle de longueur suffisante pour retrouver, après son défilement saccadé devant la fenêtre de projection, un mouvement régulier devant les têtes magnétiques. Certains projecteurs (Bauer T 70 par exemple) comportent une touche de reconstitution de boucle en projection.

Projecteur sonore Fuji SH 30Les possibilités de votre projecteur seront liées, pour une large part, au nombre et aux caractéristiques des entrées et sorties prévues pour y raccorder des appareils sonores. (tourne-disques,micro, magnétophone, haut-parleurs, etc.). Dans les cas les plus fréquents, il existe 2 entrées permettant le mixage de 2 sources sonores différentes (par exemple, micro et tourne-disques ou magnétophone). Certains projecteurs sonores sont équipés d’un système (Vumètre ou indicateur lumineux) permettant de contrôler le niveau de l’enregistrement. D’autres comportent un système de contrôle automatique. L’existence d’une prise pour le branchement d’un casque ou d’un écouteur, permettant de suivre le déroulement de l’enregistrement, est aussi très utile.

Bien que tous les projecteurs sonores soient équipés d’un petit haut-parleur incorporé, il est bon de s’assurer de l’existence d’une sortie pour haut-parleur supplémentaire. Vous pourrez en effet, installer éventuellement un haut-parleur en-dessous de l’écran de projection et donner ainsi une qualité plus réaliste à votre bande sonore qui, située sur le même plan que les images, paraîtra beaucoup plus crédible.

L’existence d’une sortie ampli peut s’avérer très utile si vous envisagez d’effectuer des projections dans des salles de dimension plus importantes. Dans ce cas, l’amplificateur incorporé à votre projecteur devient insuffisant et il faut y adjoindre un amplificateur de puissance (celui de votre chaîne Hi-Fi par exemple), afin de disposer d’un volume sonore plus élevé.

Ajoutons que la marche arrière compte parmi les caractéristiques indispensables pour ceux qui procèdent à la sonorisation de leurs films sur le projecteur sonore lui-même. Sans ce perfectionnement, il faudrait procéder à de nombreux chargements et déchargements du film, chaque fois qu’interviendrait une correction ou que se justifierait un enchaînement sonore.

Vérifiez enfin – détail important pour un projecteur sonore – le bruit de fonctionnement du projecteur, non seulement parce qu’un faible niveau facilitera l’enregistrement d’un commentaire en direct, mais aussi parce qu’il améliorera les conditions d’écoute des films sonores.

Sachez aussi que certains modèles récents de projecteurs sonores (Eumig 820 Sonomatic, Fujiscop SH30, Bolex SMBO, etc.) permettent de réaliser la synchronisation programmable. Il est, en effet, possible maintenant de remplacer à volonté une séquence sonore enregistrée en direct par votre caméra, par le son de votre choix synchronisé à l’image près. Les fameux « blancs sonores » peuvent aussi être comblés à volonté, sans le moindre risque d’endommager le son direct.